lundi, 10 décembre 2018|

1 visiteurs en ce moment

 

ARENA - GRAND NORD : ni fait, ni à faire !

Nul n’en disconviendra : nombre d’élus, et plus particulièrement ceux qui sont à la tête des plus grandes collectivités, souhaitent en cours de mandat laisser leur nom dans la pierre. Ainsi ces derniers temps, on a vu fleurir dans l’Hexagone de nombreux projets d’ARENA s’appuyant parfois sur de grandes surfaces commerciales.

Dunkerque n’a pas échappé à cette épidémie d’un nouveau genre et c’est ainsi qu’a émergé, puis pris corps un projet d’envergure : ARENA - GRAND NORD qui a fait et fait encore couler beaucoup d’encre, y compris celle des récents débats électoraux.

Pour les “pros”, il s’agirait en effet avec ARENA d’offrir à deux clubs-phares du Dunkerquois, le hand et le basket, pour le premier au firmament de leur discipline, un équipement de dimension européenne : une salle de 10 700 places susceptible de reconversion pour accueillir des spectacles de haute volée.

Quant à GRAND NORD, l’hypersurface commerciale assortie de 40 boutiques, sa double mission serait de revitaliser le commerce local, tout en mutualisant avec sa voisine les équipements d’accompagnement, à savoir voies d’accès et de desserte, parkings, etc.

Les opposants – dont l’Adelfa – n’ont pas eu, quant à eux, le sentiment qu’en ces temps de vaches maigres, de chômage et de précarité, ériger une salle multi-usages d’autant de places, qui plus est adossée à un hypermarché de plus alors que le commerce local n’est guère florissant, était une riche idée. D’autant plus que la zone de chalandise se trouve bornée par la mer et une frontière !

Le coût de la démesure

La facture carabinée de l’ordre de plus de 300 millions d’euros à répercuter pendant 27 ans sur les générations futures pour cause de PPP (voir ci-après), l’emplacement retenu pour ce double équipement en zone industrielle même déclassée, soit à l’ombre du site Seveso seuil haut de Minakem et d’industries à risques, un espace inondable encastré entre une autoroute internationale, elle, très fréquentée, une voie ferrée modernisée et un canal (!), voilà qui aurait dû inciter les promoteurs ne pas aller au-delà des esquisses sorties des cartons des techniciens…

Qu’à cela ne tienne ! Au terme d’une enquête publique marquée par une étude d’impact déficiente, si ce n’est bâclée (dénoncée comme telle par l’Autorité Environnementale), ignorant l’amoncellement de lourds nuages noirs au-dessus du “beau” projet, l’équipe alors aux manettes du vaisseau communautaire décida de brusquer les choses. Un permis de construire fut hâtivement signé qui à peine délivré fut aussi rapidement contesté.

Au premier recours gracieux de l’Adelfa rejeté par le premier magistrat de l’époque, succéda un recours contentieux de même origine et toujours en instance devant le tribunal administratif. Quant aux commerçants, ils n’eurent de cesse de s’en prendre de leur côté à GRAND NORD.

Vint alors un certain dimanche de mars au cours duquel le peuple souverain formula par vote interposé un désaveu sévère et sans ambages, éliminatoire pour les porteurs du projet… ARENA - GRAND NORD rejoindra-t-il au cimetière des illusions perdues Agora et Port Jean-Bart, qui en leur temps furent victimes, eux aussi, de la démesure ?

J.S.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »