lundi, 10 décembre 2018|

0 visiteurs en ce moment

 

Assises de la mer et du littoral : un coup dans l’eau

Communiqué de presse

Vendredi 14 juin 2013

Aujourd’hui, Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux transports à la mer et à la pêche, est à Rouen pour clôturer la phase de concertation sur les façades maritimes des Assises de la mer et du littoral. Ces Assises auraient dû permettre de définir une politique maritime durable, partagée par tous les acteurs de la mer. Malheureusement, nos associations n’ont pas eu les moyens de défendre leurs convictions…

De la haute montagne à la haute mer : l’eau, c’est la vie

Nous avons participé aux Assises sur toutes les façades, et porté des objectifs ambitieux, en particulier pour une politique maritime respectueuse de la qualité des eaux : zéro rejet au port à l’horizon 2020, mise aux normes des ports français en matière de réception des déchets, développement de la surveillance satellitaire pour repérer et punir les dégazages sauvages… Rappelons que parvenir à une bonne qualité des eaux n’est pas seulement un enjeu écologique majeur, c’est aussi une obligation réglementaire. La directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » nous impose de parvenir au bon état écologique des eaux marines en 2020.

Ces demandes sont portées depuis longtemps par les associations de protection de l’environnement. « Les Assises de la mer et du littoral, c’est l’occasion de relancer les chantiers en panne, comme celui de la gestion des sédiments de dragage. Quand va-t-on cesser de rejeter en mer des sédiments pollués ? Malheureusement, cette occasion n’a pas été saisie. Au contraire, on assiste plutôt à un recul » regrette Denez L’Hostis, responsable mer et littoral de FNE.

Une concertation « cause toujours »

Les Assises de la mer et du littoral sur les façades n’ont pas été l’exercice de démocratie promis. « La concertation s’est déroulée dans les conseils maritimes de façade, structures inconnues des citoyens et où les sièges ne sont pas répartis équitablement entre tous », explique Antidia Citores pour Surfrider. Les conditions du débat étaient loin d’être optimales. Un calendrier intenable générant des réunions inachevées, des propositions qui n’ont pas été étudiées faute de temps… « Dans certains territoires ultramarins, les Assises ne se sont même pas déroulées alors que l’espace marin d’outre-mer constitue la majeure par tie de la ZEE !1 » ajoute Denez L’Hostis.

Redressons la barre !

Cet été, les Assises de la mer et du littoral vont se déployer au niveau national, et aboutiront l’année prochaine à l’adoption, par décret, de la stratégie nationale pour la mer et les littoraux. Il est donc encore temps d’être ambitieux, et de définir une politique maritime durable et respectueuse de l’environnement !

Pour préserver les ressources, il faut diversifier les activités de manière équilibrée, en privilégiant les modèles les moins néfastes pour le milieu. Tourisme, aquaculture, pêche… Les activités humaines ne pourront pas se développer dans un environnement dégradé. La préservation du milieu doit donc être centrale et première dans la politique maritime française.

1Zone Economique Exclusive

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »