jeudi, 28 mai 2020|

0 visiteurs en ce moment

 

Douce euphorie

A force d’entendre dire que « la situation s’améliore  », que « les industriels ont fait et font de grands efforts  », que « si problèmes il y a, ceux-ci restent cantonnés à l’intérieur des sites industriels  », on pourrait finir par se laisser gagner par une douce euphorie.

Fort heureusement, la DREAL Nord-Pas de Calais (inspection des installations classées), dans sa dernière livraison de « l’Industrie au Regard de l’Environnement » (IRE- édition 2010), est là pour rappeler que le littoral dunkerquois continue de truster les premières places régionales en matière d’émissions de polluants atmosphériques. Ce n’est pas nous, c’est elle qui le dit . Qu’on en juge !

Dioxyde de carbone (CO²) - 1er : ArcelorMittal, 9 millions de tonnes ;
Région, 22 millions t.
Dioxyde de soufre (SO²) - 1er : Total, 7000 tonnes ; Région, 33.000 t.
Oxydes d’azote (Nox) - 1er : ArcelorMittal, 4500 tonnes ; Région, 21.000 t .
Composés Organiques Volatils (COV) - 1er : Polimeri, 850 tonnes ;
Région : 9000 t.
Poussières (Ps) - 1er : ArcelorMittal, 2100 tonnes ; Région, 4600 t.
Plomb (Pb) - 1er : ArcelorMittal, 6,2 tonnes ; Région, 8,7 t.
Dioxines - 1er : ArcelorMittal, 8,3 grammes ; Région, 9,1 g.

A noter que ces chiffres (arrondis) se rapportent à des émissions constatées en 2009, année de crise marquée globalement par une moindre production industrielle ; que l’établissement cité le plus souvent, ArcelorMittal, est exclusivement celui de Dunkerque ; que la quantité de dioxines rejetées peut apparaître anecdotique, mais qu’il s’agit d’un polluant qui a défrayé la chronique …à Seveso et dont la nocivité se mesure en picogrammes ; qu’il est difficile de prendre en compte les pollutions diffuses (les poussières notamment), pas davantage que la synergie entre polluants pouvant avoir les mêmes effets sur la santé.

Il va sans dire que l’ADELFA ne laisse pas gagner par une douce euphorie... et pas seulement dans le domaine de la pollution atmosphérique.

Lors de son assemblée générale, le 20 janvier 2011, les membres des associations membres ont rappelé leur volonté de questionner activement l’industrialisation comme vocation pour le littoral. Sans être opposés par principe à l’industrialisation (sauf à « charger la barque » avec de nouvelles industries à risques), il leur apparaît évident que d’autres perspectives de développement doivent être explorées et mises en œuvre.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »