vendredi, 17 août 2018|

0 visiteurs en ce moment

 

Energie : le modèle allemand

Dédiées cette année à la thématique : “énergies renouvelables et innovation technologique”, les Assises de l’Énergie, tenues à Dunkerque du 24 au 26 janvier, ont constitué un temps fort de réflexion et d’échanges sur une problématique qui nous concerne tous et concerne tout autant nos descendants.

S’il fallait retenir une intervention parmi celles qui ont émaillé ces trois journées, ce serait à coup sûr celle du porte-parole des instances allemandes de l’énergie : il a fait toucher du doigt à ses auditeurs l’abîme qui sépare sur ce terrain nos deux collectivités nationales. Résumons : l’Allemagne s’est fixé pour objectif à l’horizon 2050 de recourir à 100 % d’énergies renouvelables pour produire l’électricité dont elle a besoin. 100 %, oui, vous avez bien lu !

Effet Fukushima ? Non la décision avait été prise avant la catastrophe… Il est vrai qu’en matière d’énergie éolienne, de photovoltaïque, les Allemands se situent dans le peloton de tête de ceux qui ont réalisé le plus d’avancées, et ce sans dérapage sur les prix, ni d’incidence négative sur l’économie. « Avec l’appoint (modéré) du gaz et du charbon, un peu plus compliqués, reconnaît-il, pour maîtriser le CO², l’Allemagne est autosuffisante, même si elle est moins en capacité que précédemment de dépanner en hiver le voisin français ! Chez nous l’électricité va davantage à l’industrie qu’au tertiaire ; en France, c’est l’inverse.  » Néanmoins, estime-t-il, d’autres chantiers doivent s’ouvrir ou trouver leur vitesse de croisière : limiter la consommation et donc les coûts énergétiques, développer les capacités méconnues de stockage pour alimenter les clients jour et nuit et même quand il n’y a pas de vent, étendre les réseaux, etc.… « Il y a 10/15 ans, la France et l’Allemagne avaient des besoins comparables en matière de production et de consommation d’énergie électrique. Maintenant ceux-ci sont de 30 % supérieurs chez les Français.  »

Si prompts à se référer au modèle allemand, nos politiques feraient bien de s’inspirer aussi d’une méthode qui, en privilégiant sans réserve le renouvelable, tourne le dos à la technologie nucléaire dont les coûts différés (déchets et démantèlement) sont encore difficilement évalués.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »