vendredi, 16 avril 2021|

0 visiteurs en ce moment

 

Fukushima : toujours la fuite en avant

Depuis le 11 mars 2011, la catastrophe nucléaire de Fukushima est toujours en cours. La situation est tout aussi préoccupante aujourd’hui qu’au lendemain de la catastrophe, c’est gravissime !

Quatre réacteurs ruinés présentent toujours une grave menace pour l’environnement, il faut continuer d’en refroidir tant bien que mal les cœurs fondus, car personne ne peut y pénétrer. Des piscines de stockage des combustibles usés, soit 2 000 tonnes de matière fortement radioactive, sont toujours en équilibre précaire au-dessus des installations. Qu’adviendra-t-il au prochain séisme ? Le responsable de l’Autorité nucléaire japonaise avoue : « s’il y a un nouvel accident, on ne s’en sortira pas ».

Quand la dosimétrie s’affole

Sur le site même de la centrale, un énorme parc de réservoirs de stockage a été mis en place afin d’y retenir les eaux contaminées, mais les autorités japonaises ont malheureusement constaté que certains de ces réservoirs fuient et distillent par ruissellement, à raison de 400 m3 par jour, leur poison radioactif dans l’océan.

Dans la zone interdite, les habitants ne peuvent toujours pas réinvestir leur ville ou leur village. Dans certains d’entre eux toutefois, les habitants peuvent y revenir uniquement pendant quelques heures chaque jour mais ne doivent pas y dormir. Beaucoup vivent encore dans des cités d’urgence, et ne peuvent pas les quitter car ils perdraient des droits : ainsi les enfants ne peuvent bénéficier d’un suivi médical que s’ils résident dans le département de la préfecture de Fukushima. Difficile alors d’aller vivre paisiblement à l’autre bout du pays !

La situation est telle que les normes de radioprotection ont été largement relevées, c’est-à-dire que la dose “admissible” pour la population – enfants compris – est passée de 1 à 20 mSv/an dans la préfecture de Fukushima, soit la dose limite que peut recevoir un travailleur du nucléaire dans une année. À proximité de la centrale, l’endroit est mortel en quelques minutes avec une dosimétrie pouvant atteindre des centaines de millisieverts par heure !

Et cette situation dramatique va s’installer dans la durée. Combien de morts auront été comptabilisés d’ici quelques années. On prévoit que le démantèlement des réacteurs ruinés durera au moins 40 ans, mais à ce jour on ne sait pas quand ce démantèlement pourra débuter… Fukushima, c’est en somme la catastrophe permanente !

Sources : Bulletin Sortir du Nucléaire n°58, été 2013 - Blog : http://fukushima.over-blog.fr/

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »