mercredi, 17 octobre 2018|

65 visiteurs en ce moment

 

L’autorisation est donnée d’exploiter une porcherie industrielle à Heuringhem

Incompréhension totale des associations

Nous, associations de défense de l’environnement du littoral Nord qui nous mobilisons depuis plusieurs années avec les services de l’État, dans le cadre d’un groupe de travail sur la révision des zones vulnérables aux nitrates, pour faire en sorte que la France ne fasse plus l’objet de saisine de la part de la Cour de Justice de l’Union Européenne pour insuffisance des actions visant à limiter les risques d’eutrophisation conformément aux engagements pris par notre pays vis-à-vis du respect de la Convention OSPAR (objectif de réduction de 50 % des apports en azote non atteint), ne comprenons pas la décision de Monsieur le Préfet du Pas de Calais visant à autoriser un projet d’extension de porcherie de type industriel sur la commune d’Heuringhem (cf. article Voix du Nord du 30/03/13).

Outre ce problème de nitrates que l’on retrouve en augmentation dans les eaux souterraines après des années de percolation et migration dans les couches calcaires de l’Artois, également dans les eaux superficielles et les eaux marines en particulier les eaux côtières, nous, associations représentant les habitants du Nord Pas-de-Calais et plus précisément le Delta de l’Aa, sommes confrontés, au fur et à mesure des investigations scientifiques, à la découverte de substances médicamenteuses dans le milieu naturel (eaux, sols et dans une moindre mesure dans les sédiments fluviaux et marins), substances dont l’origine provient pour partie des élevages intensifs et des lisiers épandus dans les champs.

La présence de ces résidus médicamenteux dans les milieux naturels précités constitue un risque sanitaire reconnu (cf. brochure Association Santé Environnement), également un risque de toxicité pour certaines espèces d’algues vertes.

À terme, nous, associations, considérons que ces filières d’élevage à caractère industriel n’ont plus d’avenir à long, voire moyen terme et qu’il est temps à l’image des producteurs d’énergie fossile qui ont pris parti de développer en parallèle de nouvelles filières durables dans le domaine des énergies renouvelables, d’encourager (et d’apporter si nécessaire des aides financières) les éleveurs à mener conjointement à leur exploitation intensive, une activité de production de viande relevant de la filière biologique dans une région en complet déficit de production et où les besoins ne sont pas satisfaits et toujours en augmentation (protection des bébés et jeunes enfants oblige). M.M.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »