jeudi, 18 octobre 2018|

7 visiteurs en ce moment

 

Lettre ouverte au Préfet du Pas de Calais

NON à la porcherie industrielle d’Heuringhem

Monsieur le Préfet,

Dans quelques jours vous allez rendre publique votre décision au sujet de la porcherie industrielle d’Heuringhem.

La population s’est maintes fois et massivement exprimée contre ce projet : pétitions, réunion, manifestation. Cela ne vous émeut guère ! L’ensemble des élus locaux concernés est hostile à ce projet et vous l’a fait savoir par contacts directs, par lettres ou en participant à nos manifestations. Vous ne tenez pas compte de leur avis ! Toutes les organisations, politiques ou non, qui se réclament de la défense de l’écologie et de l’environnement se prononcent contre. Vous ne les entendez pas !

Vous, Monsieur le Préfet, vous vous retranchez derrière l’avis des différents services techniques consultés (ARS, DDTM, SIDPC, SATEGE, DREAL, etc.), services que tout le monde connaît (sic), qui font probablement de leur mieux mais qui dépendent de votre administration ! Eux, vous les écoutez, mais, sachez-le, ils peuvent aussi parfois, se tromper !

Vous tenez compte également de l’avis du Commissaire Enquêteur et des recommandations du CODERST, ils préconisent l’interdiction des épandages de lisiers dans les îlots des périmètres de protection rapprochée (îlots drainés ou non drainés, peu importe). Allez-vous suivre leurs recommandations ?

Nous osons espérer que la pression considérable qu’exercent la FDSEA et la Chambre d’Agriculture ainsi que la crainte du déversement de lisiers de porcs devant la sous-préfecture de Saint-Omer et/ou dans la cour de votre préfecture n’influenceront pas votre décision !

Monsieur le Préfet, même pour qui ne serait pas hostile à ce genre d’élevage industriel, une porcherie de ce type à Heuringhem est une ineptie ! Nous en sommes désolés pour leurs promoteurs, mais on ne fait pas “rentrer” un tel projet sur les terres d’Heuringhem et de ses environs parce l’on habite sur place et que l’on y a déjà une porcherie (de taille plus humaine et dont personne ne se plaint d’ailleurs) ! La localisation n’est absolument pas adaptée à cette entreprise !

Les bâtiments de la porcherie se situeraient :
- juste au cœur d’une région habitée (quelle que soit la direction du vent des habitants seront incommodés),
- dans une zone très humide,
- à 400 mètres d’un poulailler (1 500 poules pondeuses), avec ses risques viraux,
- à la verticale d’une faille géologique supposée (d’après les données cartographiques d’InfoTerre - BRGM).

Pour les îlots d’épandage : n’existe-il pas dans notre département de terres qui ne soient pas au cœur de plusieurs hameaux, aux portes d’habitations, sur des terrains pentus (+ de 7 %), sur des terrains drainés, dans des zones humides, le long de cours d’eau, dans des périmètres de protection rapprochée, sur des zones de nappes superficielles sub-affleurentes, près d’anciens puits artésiens oubliés, traversées par des failles, jouxtant un parc naturel régional, jouxtant des zones NATURA 2000, inclus dans des zones ZNIEFF type I et II !

Enfin Monsieur le Préfet, juridiquement, ce dossier est très fragile, et ce pour trois raisons principales. 1- Le code de l’environnement (article L. 414) impose une étude d’impact sur les incidences que peuvent avoir les porcheries industrielles sur les zones NATURA 2000. L’étude d’impact de la porcherie d’Heuringhem fait l’impasse totale pour ce qui concerne la qualité de l’air (poussières et gaz nocifs) et la biodiversité (libération de substances toxiques pour les espèces végétales et animales). On connaît, entre autre, les effets délétères de l’ammoniac sur l’environnement tels que la diminution de la biodiversité, l’acidification des sols, l’eutrophisation des eaux… Ce qui ne peut être accepté dans les zones protégées NATURA 2000 ! (Rappel : plus de 20 tonnes d’ammoniac dégazé dans l’atmosphère chaque année par la porcherie d’Heuringhem !) Les Tribunaux Administratifs de Strasbourg (04 avril 2012) et de Rennes (15 juin 2012) viennent d’annuler deux arrêtés préfectoraux concernant l’autorisation à exploiter deux porcheries proches de zones protégées, et ce, pour des études d’impact insuffisantes ! Il est vrai qu’une étude d’impact correcte à Heuringhem conclurait très probablement à l’infaisabilité du projet !

2- Le même Tribunal de Strasbourg a annulé ce même arrêté préfectoral pour une deuxième raison : « le plan d’épandage des effluents ne prend en compte que la quantité d’azote contenue dans le lisier et non la quantité d’azote excrétée ». C’est aussi le cas à Heuringhem : à la quantité d’azote épandable prévue par les promoteurs du projet, il faut ajouter la quantité d’azote provenant de l’ammoniac « piégé » dans le lisier ! Il faudrait alors augmenter d’autant la surface épandable, ce qui n’est pas possible sans refaire une nouvelle enquête publique !

3- Les promoteurs d’un tel projet doivent, pour limiter au maximum les nuisances environnementales, utiliser les Meilleurs Techniques Disponibles (MTD) ! C’est loin d’être le cas à Heuringhem où leurs MTD sont dépassées ! Un tel projet en Bretagne serait refusé car trop polluant ! (Il serait refusé également car à 4500 équivalents-porcs, il serait considéré comme non rentable).

M. le Préfet, comment pourriez-vous dire oui à un projet dont vous savez qu’il ne respecte pas toutes les règles ! De par son ampleur et en raison de sa localisation dans des zones humides et très particulières, ce projet entraînerait très rapidement une pollution de nos eaux de surface, cette pollution des eaux de surface entraînerait à son tour, un jour ou l’autre, une pollution de notre nappe phréatique. Notre nappe phréatique recèle actuellement une eau d’excellente qualité, enviée de tous, qui alimente en eau potable, non seulement notre région, mais aussi la région lilloise, la région de Dunkerque et jusqu’à la Belgique. Elle est si recherchée que de grands groupes du secteur alimentaire comme Bonduelle et Coca Cola puisent cette matière première chez nous, mais jusqu’à quand ?

Monsieur le Préfet, nous voulons garder nos eaux de surface et nos eaux de nappes intactes, nous voulons préserver notre environnement sain ! Ce projet de porcherie est incompatible avec ces objectifs et c’est pourquoi nous vous demandons de dire NON à ce projet ! Pour notre part nous ne renoncerons pas car notre cause est Juste ! AIVES

Toutes les informations sur www.aives.fr

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »