mercredi, 29 janvier 2020|

2 visiteurs en ce moment

 

Même pas peur ?

Il n’est pas rare d’entendre des détenteurs du savoir (ou prétendus tels) reprocher aux défenseurs de l’Environnement d’agiter à tout propos et abusivement la menace de la catastrophe. Nous serions des ennemis du progrès, de l’expansion économique, d’indécrottables pessimistes. Bref, comme nos lointains ancêtres gaulois, nous serions hantés par la crainte que demain le ciel nous tombe sur la tête…

Bien évidemment, nous ne nous reconnaissons pas dans ce tableau à charge, pas davantage que dans les commentaires qui en découlent dont, par exemple, le sulfureux Claude Allègre, récemment désavoué par l’Académie des Sciences pour sa négation des dérèglements climatiques, se fait le zélé propagateur. En effet, il n’est pas dans notre culture de faire du catastrophisme, sauf à ce qu’attirer l’attention sur la disparition désastreuse d’espèces végétales et animales, l’épuisement des ressources, les risques que comporte précisément le dérèglement climatique, en relèverait.

Tout le monde devrait admettre que le mode de développement qui est le nôtre, basé sur le gaspillage des matières premières comme des énergies fossiles, un productivisme qui, depuis l’avènement de l’ère industrielle, continue de faire des ravages, a atteint ses limites et qu’il faut donc revenir à un équilibre préservant les chances de ceux qui nous succéderont sur la planète. Ne voilà-t-il pas en effet le vrai risque que court à terme l’humanité, si nous ne parvenons pas à redéfinir le progrès ?

Notre objectif est donc bien d’inciter la population à ouvrir les yeux sur la réalité matérielle de phénomènes destructeurs qui s’amplifient en affectant la biodiversité, sur les pollutions qui nous assaillent, sur les menaces technologiques insidieuses qui, lorsqu’elles se matérialisent, sont susceptibles de faire de nombreuses victimes, générer des coûts économiques exorbitants, porter des atteintes parfois irréversibles aux systèmes écologiques qui nous permettent de vivre.

Les catastrophes naturelles ou (et) industrielles, pour nous c’est clair, interrogent de façon vitale nos modèles de développement. C’est l’une des informations qui est développée dans ce nouveau numéro de “Grains de Sel”. Alors : réalistes oui, catastrophistes non !

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »