lundi, 25 juin 2018|

0 visiteurs en ce moment

 

Terminal méthanier : quête d’infos

Le chantier a démarré. Localement, toute la communication sur cette implantation est tournée vers la création d’emplois pendant la phase de chantier. Un chantier vanté comme “le plus grand chantier de France, voire d’Europe”. Sur place, difficile de percevoir toutes les facettes de cette implantation : les informations sont éparpillées.

En octobre 2011, l’ADELFA a écrit deux lettres : une au sous-préfet de Dunkerque et une au président de la CNDP (Commission nationale de débat public). Bien décidée à s’inquiéter des informations et concertations préconisées lors de la clôture du débat public en décembre 2007, l’ADELFA signalait ainsi leur absence depuis la décision finale d’EDF, le 29 juin 2011. Le président de la CNDP a répondu qu’il interpellait EDF sur la tenue de tous ses engagements, et en particulier la mise en place d’un comité de pilotage où l’entreprise avait placé le sous-préfet comme président. Celui-ci a convoqué un comité de pilotage le 14 décembre 2011 et un comité de suivi le surlendemain. À la sortie des réunions des deux comités, L’ADELFA a demandé une autre réunion, dans une troisième instance possible : le S3PI (Secrétariat permanent de prévention des pollutions industrielles). Les maîtres d’ouvrage étant d’accord, le sous-préfet, qui le préside aussi, a programmé une réunion de sa commission “Nouvelles implantations” le 12 mars 2012.

Pour autant, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les deux comités n’ont pas d’objets très précis, ni très pertinents. Il faut dire que d’autres réunions ont eu et ont lieu, à quasi huis clos. Les décideurs, à force de se réunir entre eux, doivent se dire que tout le monde est au courant. Eh non ! Les informations sont dispersées, distillées surtout par voie de presse. Des questions posées lors du débat public, il y a donc quatre ans, sont toujours en suspens. D’autres sont apparues parce que le projet évolue (construction d’un gazoduc entre Pitgam et Furnes, station-service en GNL en projet…). Là comme pour d’autres sujets, la multiplication des instances aboutit à découper et limiter les approches. Quant à la concertation…

Comité de pilotage ?

Alors que le comité de pilotage du terminal méthanier s’est réuni le 14 décembre 2011 pour un point d’actualité sur ce projet (et que le deuxième aura lieu le 15 juin 2012), certains aspects économiques sont restés dans l’ombre… jusqu’à ce qu’ils apparaissent dans la presse. Le Comité de pilotage a pour objectif “l’accompagnement du projet et la coordination de l’ensemble des acteurs (opérateurs directs, experts tels que CCI, Pôle Emploi, ULCO…), acteurs économiques et techniques appelés à participer à la réalisation de l’investissement”.

Ces distinctions subtiles entre acteurs ont sans doute troublé les acteurs et experts présents, finalement peu nombreux. Ou alors, ils n’ont pas compris ce qu’on attendait d’eux. D’emblée, le comité a été déclaré comme le lieu des “bonnes informations”. Aussi se sont-ils seulement félicités de leurs actions en cours et des “retombées économiques du projet”. Lesquelles précisément ? Les questions venaient toutes de l’ADELFA, en dépit de sa relégation annoncée, en début de séance, au rang d’observateur. Mais faute de répondant, et faute aussi de savoir ce qu’est ce comité de pilotage…

Comité de suivi…

Le 31 juillet 2009, huit mois avant les autorisations pour l’aménagement d’une plateforme et la construction du terminal méthanier, un arrêté préfectoral autorisait le déplacement et des mesures compensatoires à la destruction d’espèces protégées (faune, flore). Par cet arrêté, un comité de suivi a été institué. De même que l’obligation d’établir un Schéma Directeur du Patrimoine naturel (SDPN) pour le GPMD.

Ce comité de suivi lambine : quatre réunions depuis juillet 2009, la dernière en date du 13 avril 2012… Le versant marin n’est pas abordé (comme dans le SDPN) pas plus que le suivi du trait de côte. Des observations ne sont pas complètement mises à plat.

Ainsi de l’absence de nidification des sternes naines depuis deux ans. La relation entre ce fait et le début des travaux n’est pas étudiée. Or, il y a eu bien des dérangements possibles : installation de plateformes d’expérimentation pour la nidification, réfection de routes, débroussaillages, démantèlement d’un blockhaus, tassement de sol par vibro-compactage, refoulement de sédiments au nord de la digue du Ruytingen, et bientôt : construction de trois digues, et encore des tassements de sol. En définitive, toutes les questions environnementales liées à l’implantation du terminal méthanier n’y sont pas traitées.

Et sa composition reste floue. Lors de la réunion du comité de pilotage, deux jours avant, le sous-préfet « a mis en garde contre l’élargissement de ce comité qui pourrait vider de son contenu le comité de suivi de l’arrêté préfectoral du 31 juillet 2009 ». Comment cela se pourrait-il ?

S3PI, commission “Nouveaux projets” : à suivre

La réunion du 12 mars de cette commission a permis à deux des trois maîtres d’ouvrage, Dunkerque LNG et GPMD, d’exposer leur planning de travaux et de zoomer, enfin, sur le creusement du tunnel qui amènera de l’eau de la Centrale nucléaire au terminal méthanier. Versant Sécurité, il a surtout été question de la barge d’intervention des pompiers qui permettra l’embarquement de moyens de secours depuis le terminal roulier du port Ouest.

Le GPMD a annoncé les volumes de sédiments dragués : 3 millions de m3 de vase entre le 31 août 2011 et le 31 janvier 2012 ; environ 5 mm3 de sable sont actuellement refoulés. Dunkerque LNG a confirmé que la confection des bétons se ferait avec de l’eau potable et annoncé que la desserte nécessaire serait à la charge de l’entreprise.

Côté auditeurs, l’ADELFA et le MNLE ont relancé des questions : accès terrestre des secours, tracé des zones de sécurité et du cercle d’évitage (manœuvre) pour les méthaniers, mesures de sécurité sur le chantier, prise en compte du risque de submersion marine, modification des courants marins, servitudes d’usage pour les entreprises du Port Ouest, mesures prises face à l’accroissement de trafic routier sur les routes au-delà de la zone portuaire… La presse, présente, a surtout retenu les réponses à propos des chiffres de l’emploi… on attend, comme beaucoup, le compte rendu de cette réunion. Une autre est programmée en septembre : point d’avancement du chantier du terminal et surtout, sur la construction de(s) canalisation(s) par GRT Gaz.

Le chantier de la concertation à propos du terminal méthanier et des mesures d’accompagnement commence-t-il ? Sera-t-elle intégrée, en partie, dans le débat public prévu en 2012 sur les grands projets du port ? Les informations sur le terminal méthanier et son chantier, feront-elles partie de celles nécessaires à la mise en place du document d’objectifs des zones Natura 2000 en mer ? Et surtout, les habitants auront-ils, enfin, des informations compréhensibles, diversifiées et dénuées de Communication ?

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »