mercredi, 14 novembre 2018|

0 visiteurs en ce moment

 

Vigilance à propos de l’utilisation du sable marin

Grâce à la chaîne de télévision ARTE et son reportage sur le sable “enquête sur une disparition”, en avril, les membres d’associations de défense de l’environnement marin et littoral, ne peuvent que rester vigilants quant aux pressions exercées sur le territoire français par les sociétés qui extraient les granulats marins avec comme exemple cité, aujourd’hui en Bretagne sur une zone classée “Natura 2000 en mer”, un projet de prélèvements de sable sur un haut plateau sous-marin où s’exercent des activités de pêche.

Le reportage a bien mis l’accent quant aux conséquences à court, moyen et long terme des prélèvements d’agrégats marins sur : • l’équilibre des profils de plage ; • la modification de la courantologie locale avec les conséquences éventuelles sur la stabilité des hauts de plage ; • l’alimentation des dunes embryonnaires et la protection naturelle du trait de côte face aux assauts de plus en plus répétés et intenses de la mer ; • la destruction temporaire des habitats pouvant occasionner dans certains cas, des ruptures de la chaîne alimentaire préjudiciable à la préservation de la ressource.

Notre littoral avec son sable de granulométrie variée et les bancs de Flandre, pourrait attiser la convoitise de certaines sociétés face aux besoins importants de l’hinterland dans les domaines du bâtiment et des infrastructures terrestres. Le GPMD réalise des opérations de dragage d’entretien sécuritaires pour assurer le passage des navires dans les chenaux de navigation en respectant les dispositions reprises dans les instructions nautiques. Le sable propre prélevé est soit utilisé pour renforcer le trait de côte, soit commercialisé. C’est pour cette raison que les associations réclament la mise en place d’un comité de suivi des opérations de dragage et d’immersion au niveau de tous les ports de la région Nord Pas-de-Calais.

À noter qu’avec l’opération de renforcement de la digue des Alliés, une partie du sable déposé va venir par le transport éolien, alimenter les hauts de plage entre Dunkerque et Bray-Dunes mais aussi être définitivement perdue pour notre territoire en partant vers la Belgique puis la Hollande.

L’élargissement éventuel et l’arasement de hauts-fonds sableux de certains secteurs de la Passe de l’Ouest pour accueillir les méthaniers au Port Ouest est à surveiller de près au niveau de la stabilité des estrans soumis actuellement aux phénomènes d’érosion.

Enfin l’importante contribution scientifique de l’Université du Littoral et des équipes du Professeur Arnaud Hecquette, face à ces préoccupations, est à souligner. Nous formulons un vœu à propos de l’évaluation du transit littoral à court et moyen terme : que tous les projets de prélèvement de sable en dehors des opérations de dragage soient différés en l’attente de cette évaluation. M.M.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »