samedi, 22 juillet 2017 |

222 visiteurs en ce moment

 

Les présidentielles ne font pas le printemps

Comme tous les cinq ans, les élections présidentielles approchent à grand pas. L’occasion pour les candidats de promettre que demain, grâce à eux, tout ira mieux. Malheureusement, il faut bien reconnaître que les questions environnementales, pourtant capitales pour notre avenir commun, sont souvent oubliées, quand elles ne sont pas traitées avec mépris. Dans notre région, on sait que des politiques fraîchement élus ne portent pas l’environnement dans leur cœur  : discours rétrogrades, suppression de subventions, menaces même pour la continuité de l’action associative et citoyenne sont notre lot quotidien. Du côté des banques et de la finance, les mauvaises pratiques ont la vie dure  : investissements à l’international dans des projets encore trop axés sur les énergies fossiles climaticides  ; évasion fiscale avec toutes les pertes induites pour l’économie… et quand des militants veulent attirer l’attention sur ce détournement de ressources fiscales, en réquisitionnant de simples chaises dans les agences bancaires par exemple, alors ce sont les puissances financières qui assignent les “lanceurs d’alerte” devant les tribunaux. Quel triste paradoxe  ! La plupart des principaux candidats aux élections présidentielles remettent aujourd’hui en cause la sortie du nucléaire et la transition énergétique, peu d’entre eux souhaitent revoir le modèle productiviste qui guide notre économie, surtout en matière agricole, et les questions de santé ne sont que rarement traitées à l’aune des atteintes continuelles à l’environnement. Si les veuves de l’amiante reprennent courageusement leurs marches cette année, c’est certes pour réclamer que les empoisonneurs soient enfin jugés au pénal, mais c’est aussi pour attirer l’attention sur d’autres poisons que sont les pesticides, les perturbateurs endocriniens et autres nanoparticules. Ces molécules sont mises sur le marché sans réel principe de précaution, et même quand on connaît leur dangerosité, les lobbies font pression pour en maintenir la commercialisation. Après le scandale de l’amiante, nous en connaîtrons hélas d’autres dans les années futures, ne serait-ce que celui des particules fines liées aux moteurs diesel qui tuent prématurément 42 000 personnes chaque année en France. Alors même si notre fédération est apolitique - il ne s’agit pas de donner une consigne de vote - ayons une pensée pour notre environnement et notre santé au moment de glisser notre bulletin dans l’urne. Nicolas Fournier

Le nouveau Grain de Sel est disponible ici

PDF - 609.6 ko

Difficile de se faire entendre

À la suite du Grenelle de l’environnement, nous avions quelques espoirs d’être davantage entendus par les pouvoirs publics, voire de co-construire certaines politiques publiques avec les services de l’État ou les grandes collectivités. Force est de (...)

Un Canal de Furnes à risques ?

Le projet vise à réduire le risque “inondation” en Flandres belge et française, suite à une augmentation très sensible des débits, par la réalisation des infrastructures suivantes  : • stations de pompage en Flandre  ; • vanne sur le site des Quatre (...)

Submersion marine : Avis de grand chaud dans les décennies futures

En 2016 Dunkerque, la septentrionale, a connu l’année la plus chaude depuis 1880. En cause, explique le professeur Amara de l’Université du Littoral (ULCO), le changement climatique qui, la chaleur aidant, a notamment pour effet d’accélérer le (...)