jeudi, 18 octobre 2018|

0 visiteurs en ce moment

 

Rencontres avec NHK, télévision japonaise

11 mars 2012 : Fukushima, c’était il y a un an. Un séisme de magnitude 9, un tsunami, un accident nucléaire majeur. 20 000 personnes tuées, 100 000 sans-abri, des conséquences pour les générations futures qui sont encore à évaluer.

Ce mois-ci, une équipe de la télévision publique japonaise était ici. Venue chercher des informations sur le fonctionnement des CLI (Commissions locales d’information) des centrales nucléaires françaises, elle est arrivée à Gravelines et dans le Dunkerquois.

« Nous ne parvenons pas à prendre une distance suffisante pour mesurer précisément les conséquences de cette catastrophe sur l’histoire du Japon. Certes, la vie a repris, mais il faudra beaucoup de temps avant qu’on puisse parler véritablement de sa reconstruction  » écrit Minato Chihiro, un photographe. Qui poursuit : « Actuellement, rien n’est plus important pour nous que des informations fiables »*.

« Au Japon, la liberté d’expression est garanti par la Constitution et il n’existe pas de contraintes légales à l’exercice de l’information pour les médias comme pour les individus. Toutefois le pluralisme ou la diversité des opinions ne sont guère assurés dans l’archipel  »* enchaîne Iwasaki Sadaaki, journaliste.

(*extraits du supplément à Zoom Japon. Mars 2012)

Certains médias japonais changent d’attitude et entrent en résistance. NHK est allé enquêter, avec l’aide de spécialistes, dans des zones d’accès restreint dans le Nord-est du Japon. NHK est venue en France enregistrer ce qui se dit de part et d’autre de la CLI de la centrale de Gravelines, non pour en tirer des leçons mais pour ouvrir des chemins. Au Japon mais aussi forcément en France, face à une recherche de rentabilité à tout prix, face à une certitude de la sécurité des installations nucléaires et des informations tronquées.

La CLCV Grande-Synthe, l’ADELFA et le groupe des indignés de Dunkerque se sont attablés avec des journalistes japonais, le temps d’un échange de points de vue.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »