vendredi, 17 août 2018|

0 visiteurs en ce moment

 

Dix bonnes raisons de rouvrir la voie ferrée Adinkerke / La Panne – Dunkerque

1- Une ligne européenne

La ligne Gand-Dunkerque a été conçue dès le départ comme une ligne internationale : elle a été financée en grande partie par des capitaux anglais. Les Britanniques étaient désireux de créer une liaison Bruxelles-Londres par la côte française.

2- Le “chaînon manquant” est très bref

Le terminus actuel d’Adinkerke est artificiel : dès 1870, la ligne aboutissait à Dunkerque ; le tronçon Furnes-Dunkerque ayant été financé à l’initiative d’Alfred Petyt, alors directeur de la Caisse d’Épargne de Dunkerque.

3- Il suffit de prolonger l’existant

d’Adinkerke à Bruxelles, il y a un train toutes les heures, qui poursuit directement sa route vers l’aéroport de Bruxelles-Zaventem. Les trains existent déjà, il suffit d’amorcer la liaison à Dunkerque.

4- Les 9/10 e de l’itinéraire Bruxelles-Calais sont électrifiés

La liaison est électrifiée ou en voie de l’être sur la quasi-totalité de l’itinéraire de Bruxelles à Calais (205 km) : seuls manquent les 20 km d’Adinkerke à Dunkerque.

5- Dunkerque-La Panne permet une desserte de qualité côté français

Sur le parcours français, la ligne passe à proximité de nombreux points d’intérêt : Mairie de Coudekerque-Branche, Lycée Fernand Léger, Mairie de Rosendaël, Lycée Angellier, Mairie de Leffrinckoucke, Usine des Dunes, Hôpital Maritime, Zuydcoote, Bray-Dunes Centre, Camping du Perroquet… Entre les trains Dunkerque - Adinkerke - Gand - Bruxelles-Zaventem circulant toutes les heures, on peut intercaler des liaisons plus fréquentes entre Dunkerque et Furnes, par TER, ou par tram-train.

6- La ligne possède un intérêt touristique et historique

Nos amis Britanniques, férus de chemin de fer, le savent : elle s’insère discrètement dans les dunes, sans altérer la beauté de ces dernières. La ligne s’est fait connaître par le film “Week-end à Zuydcoote”. On peut y faire circuler l’été un train à vapeur qui sera très prisé par les touristes d’Outre-Manche.

7- Dunkerque redevient une plaque tournante ferroviaire européenne.

Grâce à la réouverture de ce court tronçon, l’agglomération dunkerquoise profite de nouveau pleinement de sa situation géographique au sein de l’Europe. La desserte de transit est-ouest le long de la côte entre Boulogne, Calais-Fréthun (correspondance pour Londres) Calais-Ville, Gravelines, Dunkerque et Furnes redevient possible sans devoir utiliser sa voiture.

La gare de Dunkerque n’est plus un simple cul-de-sac sur lequel viennent buter les liaisons sud-nord. La densité de la circulation sur l’autoroute A 16, dont le tracé est quasiment parallèle, prouve l’existence d’un trafic potentiel pour la voie ferrée.

8- La ligne offre des prolongements intéressants

La simple réouverture du “chaînon manquant” permet aux voyageurs français et belges d’avoir accès respectivement à toute la Flandre Occidentale belge, et à toute la Flandre française. D’ores et déjà, un changement commode à Lichtervelde permet de visiter Bruges et Ostende, de se rendre à Courtrai, puis Tournai, ou encore Tourcoing, Roubaix… et Lille !

Le tronçon Dunkerque / La Panne vient en complément du projet de RER transfrontalier prévu dans l’agglomération lilloise. On peut ainsi envisager en semaine une desserte circulaire ‘Trans-Flandre’ à partir de Dunkerque via Hazebrouck - Lille - Roubaix - Tourcoing - Courtrai - Lichtervelde - Adinkerke - Dunkerque. Cela permettra de désengorger le trafic routier.

En outre, l’accès depuis Dunkerque, via la gare de Gand, à l’intégralité du trafic international vers Liège et l’Allemagne est rétabli.

9- Une modernisation est possible par étapes

Pour des raisons de budget, la modernisation du “chaînon manquant” peut se faire progressivement : 10 km d’abord de voies, entre Adinkerke et l’Usine des Dunes. Les 10 km restants de l’Usine des Dunes (Leffrinckoucke) à Dunkerque sont encore empruntés par des trains de marchandises : une remise à niveau plus sommaire de la voie peut suffire. Des autorails “bi-mode” (alimentés indifféremment par moteur diesel ou par caténaire électrique) peuvent faire facilement la transition si l’électrification de ce tronçon est jugée trop onéreuse.

10- L’intérêt public du projet a déjà été exprimé

Depuis 2007, le rétablissement des relations voyageurs sur le “chaînon manquant” est inscrit officiellement au Schéma de Cohérence Territoriale (ScoT) du côté français et au “Plan Neptune” du côté belge.

La ligne dessert en effet des zones à fort potentiel humain. Elle met en relation 433 000 habitants de la Côte d’Opale avec 1 271 000 habitants de Belgique du Nord. Elle concerne donc directement 1 705 000 européens.

La réouverture permet toutes ces possibilités à des conditions attractives et accessibles à tous : aucun tarif TGV ne sera appliqué.

E.D.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »