mardi, 29 septembre 2020|

0 visiteurs en ce moment

 

Sécurité : ce n’est pas gagné !

Fukushima mars 2011 : des citoyens disciplinés, répondant aux recommandations des autorités, évacuant en bon ordre et sans récriminer les zones susceptibles d’être impactées par les émissions de particules et de gaz radioactifs.

Gravelines janvier 2011 : 10 % des habitants de deux quartiers-tests rejoignant les lieux de regroupement-évacuation, lors d’une simulation d’un accident nucléaire, des autobus embouteillant à vide les rues de la ville (voir photo), des maires des communes avoisinantes guettant en vain l’arrivée massive de convives aux abonnés absents…

Bref, le choc de deux cultures diamétralement opposées, avec chez nous une gestion de crise, n’en déplaise à nos hautes autorités, qui s’est soldée par un “flop” retentissant.

Pourtant, on ne peut pas dire que cet exercice, affectant pour la première fois des habitants riverains, n’avait pas été longuement préparé. Trop sans doute. Au point que les Gravelinois, sevrés depuis des décennies de propos hyperrassurants, n’ont pas cru dans leur grande majorité à l’intérêt que pouvaient présenter ces grandes manoeuvres depuis si longtemps claironnées. Ils n’avaient sans doute pas tout à fait tort au vu des évènements de Fukushima, ayant échappé à tout scénario préétabli.

Or donc, si on accordera aux organisateurs que la mobilisation de la Croix Rouge et de la Protection Civile, celle de la population scolaire et des maîtres d’oeuvre réunis dans les différents PC n’auront pas été complètement inutiles, l’une des leçons à tirer, outre le fait que la CLI est toujours la laissée pour compte de ce type d’entraînement, est que l’effet de surprise n’a absolument pas joué et qu’en conséquence on ne saurait tirer d’enseignements pleinement pertinents d’un événement, faussé au départ et n’ayant guère de points communs avec le “grandeur nature” vécu ensuite par les riverains pris aux pièges des soubresauts de la centrale japonaise.
J.S.

 
A propos de adelfa.org
Ce site web est édité par l’Assemblée de Défense de l’Environnement du Littoral Flandres Artois, représenté par son Président, Nicolas Fournier. ADELFA Maison de l’environnement - 59240 Dunkerque Ce document est diffusé selon les termes de la license BY-NC-ND du Creative Commons. Vous êtes libres de (...)
En savoir plus »